Les souvenirs, de David Foenkinos

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur google
Les souvenirs, de David Foenkinos

L’écriture de David Foenkinos est agréable, articulée au point que le lecteur ne se voit pas tourner les pages. Un style installé dès le début. Dans Les Souvenirs nous retrouvons la fantaisie, la précision et l’obsession du fait quotidien qui caractérise l’auteur… En plus, il est drôle et intelligent.

Mais voilà, ça ne suffit pas.

Les Souvenirs, c’est la vie de tous les jours. Un narrateur qui n’arrive pas à aller jusqu’au bout de son besoin d’écrire, mais qui – enfin – tombe amoureux. Des parents qui ne supportent pas la retraite. Une grand-mère qui vieillit, fugue et finit par mourir. Les souvenirs, c’est un peu le jeu des hasards et des coïncidences entrecoupé de souvenirs, justement, de personnes connues ou non. Ces courts textes qui sectionnent le récit principal résonnent comme des sortes d’échos. Ils créent des correspondances qui permettent au narrateur de rester dans un romantisme assez béat sans tomber sous les coups d’une réalité qui agresse. Ce romantisme habille l’étonnement de se vivre en adulte, avec tous les problèmes que cela pose.

Drôle de sentiment, en refermant Les Souvenirs. Rien n’accroche, rien ne remue. Les pages se tournent sans effort, mais que me reste-t-il du livre : rien.

L’ouvrage précédent de David Foenkinos, La Délicatesse, se révélait plaisant et léger alors que celui-là reste superficiel.

L’écriture somme toute plutôt jolie, des passages forts amusants où la loufoquerie de l’auteur devient incisive ne masquent pourtant pas la superficialité du roman. Foenkinos survole une multitude de thèmes et d’idées. Comme Kundera dans l’Insoutenable légèreté de l’être, on regrette qu’il ne creuse rien. Les Souvenirs est un de ces livres qui pourrait donner naissance à une multitude d’autres livres.

Après avoir lu La Délicatesse On peut se dispenser de ce nouveau roman. Si vous ne l’avez pas lu, il faut absolument le faire ! Sorti en poche chez Folio début 2011, ce fut le bestseller de l’été.

Les souvenirs

David Foenkinos

Gallimard

En librairie depuis le 18 août 2011

Note: ★★☆☆☆



Articles récents

Entretien avec Sébastien Marnier

Entretien avec Sébastien Marnier

Avec seulement deux long-métrages à son actif – Irréprochable et L’heure de la sortie  -, Sébastien Marnier s’est déjà forgé une place à part dans

isaac delusion chronique de l'album uplifters

Isaac Delusion – Uplifters

Back II the future Il faut vraiment avoir le nez creux ou tout simplement du talent pour avoir au sein de son catalogue tant d’artistes

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin