Skip to content

Benjamin Biolay, Best Of (EMI)

Fb
Tw
In
G+
Benjamin-Biolay

Benjamin Biolay nous livre son premier Best-of, après une demi-douzaine d’albums studio, assez inégalement accueillis par le public, toujours salués par la critique.

Cet album nous offre une vision assez large des précédents opus, avec une réparation des titres relativement homogène. On a même droit à deux titres en duo avec Chiara Mastroiani, issus de leur binôme Home. Il est à noter que figure également un inédit chargé d’ouvrir les hostilités : L’eau claire des fontaines, qui semble être un titre oublié à La superbe, sans intérêt particulier. On s’habitue même au meilleur.

Ce best-of permet aussi de se rendre compte de l’évolution, assez flagrante dans la manière de chanter, de l’artiste en 2001 et aujourd’hui.

Tout ce que sait faire le lyonnais est là, concentré. La pop lumineuse (Dans la Merco Benz, Padam…), plus sombre (Qu’est-ce que ça peut faire ?), les ballades intimistes et fleurant bon le prozac, une spécialité (Novembre toute l’année, Dans mon dos…). Mais aussi les touches électro, jazzy ou acoustiques qui ont ponctué sa carrière et font de Biolay un artiste unique.

C’est justement ce que je saurais reprocher à ce best-of : tous ces bijoux, sortis de leurs écrins, perdent ce qui fait la force des albums de B.B: la cohérence. Ils ont chacun leur humeur, leur thème récurrent, leur couleur. Chaque album s’écoute comme on regarde un film. Cette idée atteindra son paroxysme avec La superbe, véritable album concept.

Pourtant, même si l’écoute de ce disque peut faire l’effet d’un zapping, il n’en reste pas moins très agréable de redécouvrir des chansons que je n’avais pas entendues depuis longtemps ou de profiter encore de celles qui sont de mes préférées.

Pour découvrir Biolay en revanche je conseillerais plutôt de prendre le temps, de se plonger dans un de ses précédents albums, et de profiter de l’homogénéité qui les distingue. Pourquoi ne pas, d’ailleurs, commencer par La superbe, qui reste, à mon sens, le meilleur des best-of possible.

Benjamin Biolay, Best Of (EMI) – Dans les bacs

Note: ★★★½☆

L’eau claire des fontaines :

Articles récents

Entretien avec Sébastien Marnier

Avec seulement deux long-métrages à son actif – Irréprochable et L’heure de la sortie  -, Sébastien Marnier s’est déjà forgé une place à part dans

isaac delusion chronique de l'album uplifters

Isaac Delusion – Uplifters

Back II the future Il faut vraiment avoir le nez creux ou tout simplement du talent pour avoir au sein de son catalogue tant d’artistes

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin