To Rome with Love1 minutes de lecture

La ville de la tentation, par Woody Allen – To love or Two loves ? Telle est la question que l’on se pose à l’issue du dernier film de Woody Allen.

On retrouve dans ce nouvel opus l’ensemble des éléments qui plaisent ou déplaisent chez le cinéaste américain : désir, frustration, humour, conte, dialogues léchés sur la dure possibilité de l’être, psychanalyse… Tout y est et on en a pour notre argent !

Comme dans Minuit à Paris la réalité du récit est «augmentée» par quelques surprises scénaristiques qui accompagnent merveilleusement les fantasmes de nos personnages comme l’étudiant en architecture Jesse Eisenberg ou le bon père de famille Roberto Benigni. Du côté des objets du désir, les performances de Penelope Cruz ou de Ellen page revigoreront certainement l’œil des amateurs du glamour Hollywoodien.

En pleine période estivale, le nouveau Woody Allen donnera peut-être des idées de voyage à quelques couples qui voudront tester leurs amours ailleurs que sur une île paumée…