Vanille ou chocolat (Ed. Cambourakis)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur google
Vanille ou chocolat (Ed. Cambourakis)

Il y avait le livre dont vous êtes le héros, transposition littéraire des jeux de rôle. Il y a maintenant la BD dont vous êtes le héros… Enfin presque !

La quatrième de couverture annonce fièrement que «Ceci n’est pas une bande dessinée comme les autres» et que le livre ne compte pas moins de 3 856 histoires possibles.

On ne sera pas allé jusqu’à vérifier le compte exact des histoires dans les 84 pages du bouquin. Mais après en avoir construit un certain nombre, partant de différents choix laissés – à commencer par celui du parfum de la glace : vanille ou chocolat – il est possible de mesurer l’ampleur des chemins réalisables. Car ce sont bel et bien des chemins que l’on suit, sentiers de randonnée changeant de couleur en cours de route, traversant les vignettes, tournant les pages dans tous les sens pour tenter d’éviter l’apocalypse provoquée par les inventions d’un savant fou, après avoir utilisé ses toilettes pour cause d’indigestion…

Vanille ou chocolat se présente sous une jolie forme, un format presque carré, des pages intégralement en couché-glacé quadrichrome soigneusement imprimées en Chine, après une traduction de l’américain. L’auteur Jason Shiga signe-là son deuxième ouvrage présenté comme révolutionnaire du fait des algorithmes mis en œuvre. Certes. Reconnaissons que c’est bien fichu, surprenant et – pourquoi pas – rafraîchissant. Mais assez vite, au gré des périples, des retours en arrière, des reprises depuis le début, des culs-de-sac et autres manœuvres incontournables, on se lasse de devoir repasser par des vignettes déjà vues mille fois, des surprises qui n’en sont plus tellement elles nous ont surpris à de multiples reprises. Bref, on se lasse, que voulez-vous. Un peu comme trop de crème glacée punit la gourmandise par l’écœurement.

Mais reprenons in extenso la conclusion de la présentation du livre. Elle sonne comme un avertissement : «Avec une bonne dose de persévérance et de curiosité, tu peux toi aussi, percer à jour les secrets de ce livre et voir le bout du tunnel. Bonne chance et choisis bien !»

Note: ★★½☆☆

Articles récents

Entretien avec Sébastien Marnier

Entretien avec Sébastien Marnier

Avec seulement deux long-métrages à son actif – Irréprochable et L’heure de la sortie  -, Sébastien Marnier s’est déjà forgé une place à part dans

isaac delusion chronique de l'album uplifters

Isaac Delusion – Uplifters

Back II the future Il faut vraiment avoir le nez creux ou tout simplement du talent pour avoir au sein de son catalogue tant d’artistes

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin