Top 2012 : Sélection livres, bd, mangas7 minutes de lecture

Avouons-le d’emblée : nous n’avons pas lu les 646 romans de la rentrée littéraire 2012, notre sélection n’aura donc pas la prétention de l’exhaustivité ! Il aurait aussi été un peu audacieux de vouloir compiler un Top définitif à partir des listes très hétéroclites des chroniqueurs qui ont voté. Nous avons alors fait le choix d’une sélection de titres qui nous ont marqués, dont on a parlé ou sur lesquels nous reviendrons. Il y a de tout : des romans, des essais, du manga, de la bande dessinée (et même un calendrier sportif !). C’est en tout cas un reflet de nos coups de cœur, de nos goûts que nous affirmons et défendons.

Camille HERVE

1 – Anjin San, de George Akiyama (Le lézard noir)

2 -Gokan, de Diniz Galhos (Le cherche Midi)

3 -Billy The Bat de Naoki Urasawa – Série (Pika)

4 – Juge Bao – Tome 4, de Patrick Marty et Chongrui Nie (Fei Editions)

5 -1Q84 Tome 3, de Haruki Murakami (Belfond)

6 -Soil d’Atshushi Kaneko – Série (Ankama Editions)

7 – La vie de Mizuki volume 1, de Shigeru Mizuki (Cornelius)

8 – La cavale de Billy Micklehurst, de Tim Willocks (Pellia)

9 – Black et Mortimer – Le serment des cinq lords de Yves Sente et André Juillard (Blake & Mortimer)

10 – Zaya tome 2, de Morvan et Huang Jia Wei (Dargaud)

Nicolas Mouton Bareil

1 – Une semaine de vacances, de  Christine Angot (Flammarion)

Oui, je trouve que c’est un très bon bouquin.

2 – Personnages secondaires, d’Alejandro Zambra (L’Olivier) -> LIRE LA CHRONIQUE

Personnages secondaires mais livre de premier plan.

3 – Monteriano E. M. Forster (Le bruit du Temps) -> LIRE LA CHRONIQUE

Parce que c’est un classique anglais et que ce classique anglais se situe en Toscane.

5 – Œuvres romanesques, I, II, de Virginia Woolf  (Gallimard – La Pléiade)

Dans la Pléiade…alors forcement c’est chic et super bien documenté. Il n’y a pas que Mrs Dalloway et cet horrible film avec Nicole Kidman dans la vie !

6 – Cthulhu – Le mythe, de H. P. Lovecraft (Bragelonne) -> LIRE LA CHRONIQUE

Au loin, dans Les montagnes hallucinées Le mage de Providence découvre Les abîmes du temps. Il veut trouver refuge dans La Maison de la Sorcière mais rencontre Le monstre sur le seuil…vous savez, Celui qui hante les ténèbres.

7 – Shakespeare n’a jamais fait ça Charles Bukowski (13e Note) -> LIRE LA CHRONIQUE

Bukowski c’est, stylistiquement, ce qui s’est fait de mieux depuis Céline.

8 – Les Dieux du Stade 2013, de François Rousseau

J’ai pas tout compris, c’est écrit trop petit.

9 – Carnets de Homs, de Jonathan Littell (Gallimard) -> LIRE LA CHRONIQUE

Littell bien meilleur journaliste qu’écrivain. A lire absolument !

10 – La blonde et le bunker Jakuta Alikavazovic (L’Olivier) -> LIRE LA CHRONIQUE

Une écriture comme un labyrinthe et une histoire d’amour entre littérature, photographie et architecture. Un régal.

Frédéric RACKAY

(sans ordre)

1Q84 Tome 3, de Haruki Murakami (Belfond) -> LIRE LA CHRONIQUE

On n’est pas, avec cette trilogie, dans ce que Murakami a fait de mieux, certes. On préfèrera toujours très largement un titre comme Kafka sur le rivage par exemple. On a notamment l’impression avec 1Q84 d’une certaine redite et que l’auteur tire à la ligne, dans un souci de lever les mystères alors qu’on aurait aimé qu’il laisse l’imaginaire du lecteur faire le travail. Mais une chose est toujours certaine, c’est le formidable talent de conteur de Murakami, qui fait de ses romans des objets qu’on dévore à toute vitesse avec un plaisir toujours présent.

Billy  Bat de Naoki Urasawa – Série (Pika)

Non, Urasawa n’est pas le seul homme de Monster et 20th Century Boys, les deux séries qui l’ont imposé comme l’un des mangakas les plus importants de sa génération. L’an dernier, c’est la série Pluto où il réinventait la légende Atsroboy de Tezuka qui prolongeait son immense talent dans l’univers de la science-fiction. Aujourd’hui, la série Billy Bat éditée par Pika permet de mesurer son goût pour les histoires complexes et ambitieuses. Avec ce personnage de chauve-souris maléfique, il réinvente l’histoire, des fondements de la religion chrétienne à la mort de Kennedy, du Japon de l’ère médiévale aux luttes raciales américaines des années 60. Avec des sauts dans le temps qui donnent le vertige, des analogies avec l’univers de Disney qui écorchent Mickey, c’est tout simplement prodigieux et passionnant !

De sueur et de sang, de F. X.Toole (13E Note)

Par l’auteur de Million Dollar Baby. Ici, F.X. Toole raconte, à travers trois nouvelles, le monde de la boxe du point de vue de l’entraîneur. Tout est y est, de la fabrication d’un champion poids lourd à l’environnement parfois mafieux qui entoure le sport, des portraits de boxeurs qui rêvent de décrocher le match de leur carrière aux trucages des résultats. L’écriture est nerveuse et physique, l’univers est riche de personnages et de situations folkloriques. Cette écriture-là fait l’effet d’un bon direct au corps et au cœur.

Doglands/ La cavale de Billy Micklehurst, de Tim Willocks (Syros/ Allia) -> LIRE L’INTERVIEW

Même quand il écrit un roman dit pour « young adults », Tim Willocks continue de passionner. Il injecte dans Doglands une critique de la société qui éloigne cette histoire de chiens des disniaiseries habituelles. Dans son court texte La cavale de Billy Micklehurst, il fait preuve d’une grande poésie dans le portrait d’un SDF. Et les éditions Allia ont eu la bonne idée de proposer cela en version bilingue !

Gokan, de Diniz Galhos (Le cherche Midi) -> LIRE LA CHRONIQUE

Un roman pour les fans de la culture pop et des films de Quentin Tarantino. Bardé de clins d’œil référentiels et de situations savoureuses et invraisemblables, Gokan réussit l’exploit de plaire instantanément aux amateurs de cinéma bis comme il satisfera les autres par une science très précise dans la caractérisation des personnages, dans les structures narratives complexes et dans le dialogue.

Oh…, de Philippe Djian (Gallimard) -> LIRE LA CHRONIQUE

On avait laissé l’auteur un peu moribond avec Vengeances, il revient en pleine forme avec Oh… où il dépeint un beau portrait de femme loin du politiquement correct. On adore le style, l’humour, les personnages, c’est une bonne cuvée 2012 !

Satellite Sisters de Maurice G Dantec (Editions Ring)

On a tellement parlé dans la presse du conflit entre l’auteur et son éditeur qu’on en serait presque passé à côté du bouquin ! Dommage car avec Satellite Sisters, Dantec écrit son meilleur roman depuis des lustres, inventif, traversé d’éclairs de génie et surtout, loin d’être opaque ou difficile d’accès. Nul effort à faire pour entrer dedans, il suffit de se laisser porter par le rythme et le style pour accéder à cet univers.

Soil d’Atshushi Kaneko – Série (Ankama Editions)

Une sorte de Twin Peaks Nippon qui va puiser chez David Lynch la description d’une ville a priori bien sous tous rapports mais où bruissent en souterrain le mensonge et l’hypocrisie. Atshushi Kaneko gratte le vernis de façade pour faire apparaître les mensonges enfouis, les mystères les plus épais, la violence la plus totale. Au dessin très géométrique du début, il fait succéder des images de plus en plus chaotiques, sales et confuses, tout en réussissant à ne pas perdre le lecteur en relançant toujours intelligemment l’intrigue.