L’esprit de l’ivresse, de Loïc Merle (Actes Sud)2 minutes de lecture

l'esprit de l'ivresse

On pourra crier au génie. Cela a déjà été fait. On pourra aussi s’ennuyer. Certains ont déjà piqué du nez.

Les réactions à l’œuvre littéraire de Loïc Merle peuvent s’apparenter à celles que l’on rencontre devant un travail de dentellière. Même type d’ouvrage, mêmes effets. Parce que l’écriture si précise, si pointue vient développer jusque dans les moindres détails, toute la finesse psychologique des principaux personnages. Pas besoin de dire ce que ces derniers pensent. Non, tous les éléments constitutifs de leurs réflexions se trouvent livrés, dans une chronologie qui leur est propre, avec des évolutions à la logique imparable. Les détails prennent une importance difficilement imaginable, dans un espace temps souvent incompatible au déroulement vraisemblable des évènements. Un peu comme si ce temps ralentissait dans l’esprit des protagonistes. Il faut enfin reconnaître la virtuosité de l’auteur pour ce qui est de se glisser dans la peau des personnages et savoir changer à la fois de narrateur et de sexe.

Sans entrer en détail dans le récit – forcément résumé – de l’histoire, rappelons qu’il s’agit d’une révolte de banlieue qui aboutit d’une certaine façon, puisque l’on parvient à la considérer comme Révolte, voire comme Révolution. Avec des majuscules, s’il vous plaît, signe subtil de reconnaissance établie du point de vue historique.

Il n’en demeure pas moins que le décorticage fin de la montée en puissance d’un mouvement laisse pantois. Non seulement il aide à comprendre le phénomène, mais surtout il rend son déroulement vraisemblable au point de le faire imaginer… Inéluctable.

L’esprit de l’ivresse, de Loïc Merle – Disponible en librairie (Actes Sud)

Note: ★★★★☆

l'esprit de l'ivresse couv