Le Jeune Lovecraft, de José Oliver & Bartolo Torres (Diabolo éditions)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur google
Le Jeune Lovecraft, de José Oliver & Bartolo Torres (Diabolo éditions)

Jolie bande dessinée que Le jeune Lovecraft. Le format en est rigolo, la couverture doucement gothique et le dessin de Batolo Torres agréable. Et puis… La bande dessinée espagnole, on n’a pas trop d’éléments de comparaison.

Lovecarft bénéficie donc de l’immense privilège d’avoir un album retraçant ses aventures de jeunesse. Aventures de jeunesse certes totalement fictives, puisque nous savons de source sûre que Howie de Providence, dans la vraie vie eut une enfance si ennuyeuse, si solitaire, qu’elle déclencha sa vocation d’écrivain prolifique très tôt. Voir son père mourir de démence pour ensuite être élevé par sa mère et ses tantes – qui l’habillaient en fille – mène tout naturellement vers la production d’une littérature où les protagonistes ont fort peu de chance de garder leur santé mentale face aux créatures du « Panthéon noir ».

Nous découvrons dans cette BD, un adolescent de cartoon à qui il arrive un tas de péripéties où l’on croise les noms imprononçables des dieux primitifs (mais qui valent beaucoup au scrabble), que Lovecraft (le vrai) inventa. Certaines séries de vignettes s’attellent à la réécriture de grands classiques (Don Quichotte, Hamlet) dans le style de l’halluciné du Rhode Island .

Le jeune Lovecraft n’est pas seul, il dispose comme faire-valoir, sa plus-ou-moins amoureuse Siouxie et autres potes, avec qui on traîne ado sous le préau de la cour de récré… Ou dans les cimetières.

Et c’est-là que la véritable question se pose : mais au fait, cette bande dessinée, ce Le jeune Lovecraft, ça sert à quoi ? C’est un peu Titeuf au pays de Cthulhu et donc sans grand intérêt. A quand un Milo Manara retraçant la jeunesse (ô combien sexy) des sœurs Brontë ?

En bref, une bande dessinée pondue par des geeks lovecraftiens pour d’autres geeks lovecraftiens qui saisiront sans effort les moult références à l’œuvre du fou de Providence… Les autres passeront leur chemin.

Le jeune Lovecraft, de José Olivier & Bartolo Torres (Diabolo Editions)

Note: ★★☆☆☆

le jeune lovecraft couv

Articles récents

Entretien avec Sébastien Marnier

Entretien avec Sébastien Marnier

Avec seulement deux long-métrages à son actif – Irréprochable et L’heure de la sortie  -, Sébastien Marnier s’est déjà forgé une place à part dans

isaac delusion chronique de l'album uplifters

Isaac Delusion – Uplifters

Back II the future Il faut vraiment avoir le nez creux ou tout simplement du talent pour avoir au sein de son catalogue tant d’artistes

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin