Nos anges, de Jean-Baptiste Predali (Actes Sud)

nos anges

Mémoire de la lutte et de son échec moral

L’exaltation est au rendez-vous, dans ce court roman de Jean-Baptiste Predali. Nous sommes en Corse, à Borgu-Serenu plus exactement, où un quasi nouveau-né est trouvé au milieu d’une décharge. A partir de là, de cet élément central un peu incongru, l’histoire mouvementée et sanglante de l’Île de beauté se déploie. Loin de la carte postale envoyée entre une journée-plage à Saleccia et une soirée en boîte de nuit à Porto Vecchio, nous croisons de vieilles pleureuses, des journalistes, des représentants de la justice et des indépendantistes essoufflés. L’enfant trouvé, tel l’innocence crucifiée, montre du doigt les maux et les cassures des hommes qui l’entourent.

Jean-Baptiste Predali est journaliste de formation. Son écriture romanesque est à mille lieux de ce qu’ont dû lui apprendre ses professeurs de l’ENS de Saint-Cloud. Le style très personnel est la première des barrières que doit surmonter le lecteur. Rocailleux et saccadé, il n’empêche que les phrases sont longues. Plus qu’un roman, cette autopsie de la société corse ressemble, entre poésie obscure et incantation solaire, à un chant chamanique. Ce lourd lyrisme brouille un peu l’intrigue et surtout sa brillante construction. La simplicité est absente dans cette parabole quasi biblique où les anges sont bien fatigués.

Nos anges, de Jean-Baptiste Predali (Actes Sud)

Note: ★★★☆☆

nos anges cover