The Affair – Saison 16 minutes de lecture

AFFAIR_SHOW_60_43_70_15.eps

« Voilà. Plus rien ne sera jamais comme avant. Qu’est-ce que j’ai fais ? » Le retour à la réalité lorsqu’on a commis l’irréparable se révèle souvent comme une petite mort. La fin d’une vie qu’on a toujours voulu, mais qui ne sera jamais plus. C’est aussi le début d’une nouvelle, qu’on voulait secrètement depuis le commencement de la précédente, mais qu’on s’obligeait à contenir de toutes nos forces.

Comment naît une pulsion, comment la contenir, comment la savourer au maximum et comment ne pas faire souffrir son entourage… Voilà les questions que chacun d’entre nous avons déjà eu à nous poser. Les réponses, personne ne les connaît vraiment, les conséquences non plus. The Affair s’attaque donc à cette thématique, en ne cachant rien à personne. Comme son nom l’indique, c’est bien d’une histoire d’adultère dont il s’agit. Quoique.

En s’attaquant à un sujet aussi commun, la petite dernière de Showtime ne se lançait pas dans un pari gagné d’avance. La thématique a déjà été abordée à de nombreuses reprises et tenir sur ce seul sujet sur toute une saison parait être un exploit à part entière. Alors pour ne pas partir perdant, la chaîne a mis les petits plats dans les grands.

Tout d’abord avec un casting très fort, puisqu’on retrouve notamment le célèbre et culte McNulty de The Wire, à savoir Dominic West. Mais aussi Ruth Wilson, qu’on a déjà pu apercevoir dans Luther et qui au fil des épisodes va réellement devenir la tête d’affiche de la série. Les deux accompagnés par un très convaincant Joshua Jackson, alias Pacey dans Dawson, et par Maura Tierney sortie d’Urgences et de The Good Wife. Voilà qui ne laisse pas grand place au doute et assure à la fois une couverture médiatique et une curiosité autour des fans, de ces habitués des séries à succès.

Ensuite, The Affair c’est un parti-pris qui tranche dans le vif, et là aussi un véritable coup de poker. Chaque épisode va instaurer quelque chose d’inédit dans la série télévisée, puisque chacun va se trouver divisé en deux parties. Systématiquement. Et chacune s’attache à raconter l’histoire selon la vision des deux protagonistes. D’un côté, la vie de Noah, un père de famille de quatre enfants, menant une vie des plus confortables et harmonieuses, au côté d’une jolie femme qui a aussi l’avantage d’être la fille d’un écrivain à succès. Et de l’autre, la vie d’Alison, jeune femme mariée menant une vie simple dans une ville estivale auprès de son mari, alors qu’on imagine que quelque chose ne va pas vraiment entre eux. Évidemment, les deux vont finir par se croiser à l’occasion de vacances d’été. Leur histoire sera alors présentée à chaque épisode selon la vision des deux héros et très vite, des différences apparaissent.

Ce qui nous amène au point essentiel de la série, à savoir sa qualité scénaristique. Loin de n’être qu’un effet de style pour casser les codes ou la routine dans ce genre d’histoire, ce choix apporte réellement un intérêt qu’on a jamais pu mettre aussi bien en évidence auparavant. Car en réalité The Affair cache très bien son jeu. Derrière le premier visage de cette histoire d’adultère, se trouve en trame de fond, une enquête qui va prendre de plus en plus de place. Pour autant, elle ne deviendra jamais vraiment le centre d’intérêt de la série qui reste de bout en bout focalisée sur cette relation incroyable entre les deux personnages principaux.

Dans The Affair, on retrouve le fil scénaristique qui nous avait déjà interloqué dans l’excellente True Detective. Sur de très courts passages, nous voyons, Noah et Alison, par alternance donc, répondre à des questions sans savoir à qui ils répondent ni combien de temps après les faits évoqués.

De cette histoire découle alors plusieurs interprétations possibles qui font tout le piment de cette série. Sommes-nous en train de voir se développer une simple histoire de relation humaine se terminer devant le juge marital. Sommes-nous en train d’assister à un interrogatoire face à un meurtre, à un accident qui se serait produit. Au fond, quelle est cette histoire qui vient polluer le récit principal ?

Sans pour autant nous focaliser là-dessus, la série relance régulièrement le fait que ces deux personnages sont interrogés, comme pour nous donner des pistes de lectures. Des lectures qui seront quoiqu’il en soit tout aussi variées et variables tant l’interprétation personnelle va être mise à contribution.

Le fait de séparer chaque épisode en deux parties bien distinctes montrant les deux versions des faits va se révéler être bien plus qu’un simple effet de style. Il en devient même essentiel. Si au commencement de l’histoire on s’amuse à remarquer les petites différences, notamment sur des éléments plus anecdotiques, on finit par vraiment s’y intéresser au fur et à mesure que l’histoire se précise.

Pourquoi existe-t-il des disparités entre les deux récits ? On peut très vite se dire que chacun essaye de cacher des éléments à leur interlocuteur, par exemple, pour cacher leur relation et ainsi sauver leur couple. On peut aussi croire qu’ils sont responsables d’un drame et que chacun essaye de s’en sortir pour le mieux.

Cependant, on peut aussi croire en la sincérité profonde des deux personnages. Les faits se déroulent visiblement quelques temps auparavant et il est tout à fait naturel que certains éléments deviennent plus flou que d’autres. Il faut avouer également que certains détails nous marquent plus que d’autres et chacun d’entre nous avons aussi déjà modifié l’histoire pour se mettre davantage en valeur ou rendre quelque chose plus drôle ou intéressant qu’elle ne l’était réellement.

Car The Affair nous pousse finalement dans nos propres retranchements. Cela nous rappelle forcément des situations personnelles, ou l’incompréhension a pu prendre place. Et l’histoire racontée en deux parties permet de mieux comprendre ces petites choses-là. On comprend comment des histoires peuvent prendre l’eau, perdre du temps alors qu’au fond, il n’y avait aucune raison pour ces détours.

Et c’est en ça que réside la force de The Affair. Elle arrive grâce à une interprétation impeccable des acteurs, à nous focaliser davantage sur la relation entre les protagonistes, que ce soit dans la relation qui se créée, dans la relation à la famille et aussi dans la gestion des sentiments et des souffrances causées à autrui. Et le fait de savoir que quelque chose d’important se trame derrière tout ça renforce notre attention du détail et à comprendre les agissements de chacun. On s’interroge alors à tour de rôle sur les intentions d’Alison et de Noah, essayons de d’en trouver le bien fondé. Et en réalité, de les comprendre tout simplement, quoiqu’il se soit passé.

Note: ★★★★★