Moderat est le supergroupe Electro né de la fusion entre deux entités musicales berlinoises, le duo Modeselektor et Apparat, projet solo de Sasha Ring. Pourtant actifs depuis les années 90, ces artistes ont exceptionnellement connu un succès démesuré depuis la fondation de Moderat et la sortie de leur bon premier LP éponyme, en 2009. Il faut dire qu’un titre comme A New Error est devenu un véritable classique de la scène Electro-Pop, au point de figurer dans la bande originale de nombreuses œuvres cinématographiques, dont Laurence Anyways de Xavier Dolan. En France, pays de la French Touch, de Air, de Daft Punk ou de Justice, Moderat est très rapidement devenu une icône musicale et chaque album est attendu comme le messie. Ce troisième opus fait suite à un II légèrement décevant, plus Pop, où le chant de Sasha Ring peinait à se faire une place et dont les meilleurs titres étaient des instrumentaux. Le présent III poursuit dans une veine plus dark et solennelle, une Electro empruntant à la Gitch Pop de James Blake, la Dubstep minaliste de Burial ou encore aux récentes aventures synthétiques de Thom Yorke.

De belles influences offrent une ambiance très homogène à ce III qui délivre des sonorités dominées par des basses catchy et suaves, ainsi que des teintes aiguës saturées et nostalgiques. Le trio d’ouverture, Eating Hooks, Running et Finder incarne en moins de quinze minutes la patte musicale de l’album. Le chant de Sasha Ring fait son retour, mais paraît nettement plus maîtrisé, plus essentiel à la musique du groupe et se mêle avec aisance aux beats low-fi de ces morceaux. Mais surtout chacun d’entre-eux a sa nature propre. Si le premier évolue dans des sphères plus Dark Techno, le deuxième est plus urgent, plus Electro-Pop, tandis que le dernier a des allures de Dance-Music avec sa montée en puissance subtile pendant plus de cinq minutes. Une entrée en matière de haute facture qui hélas accouche d’une suite nettement moins réjouissante : sur les titres suivants, Moderat se fait nettement moins varié et aventureux. Beaucoup de chansons peinent à provoquer une réelle émotion, à déployer un univers marquant. On pense notamment à The Ghostmother, Ethereal et Animal Trails, instrumental assez soporifique et convenu.

Le problème vient sûrement d’une formule un peu désuète en 2016, alors qu’elle aurait été révolutionnaire en 2010. Si les morceaux ne sont pas foncièrement mauvais, ils laissent un goût d’inachevé ou plutôt, de facilité. Heureusement, on peut se laisser charmer par le côté dépressif de The Fool et son nom révélateur. Une espèce de mini-hit Downtempo délicat. Le single, Reminder ressemble peut-être beaucoup trop à du Radiohead, cru The King Of Limbs (album le plus faible des talentueux anglais), malgré son refrain au chant pitché, il n’en reste pas moins très intéressant et certainement la chanson la plus tubesque de III. Enfin Intruder sort son épingle du jeu par le chant plus rauque et enragé de Sasha Ring qui donne une énergie salvatrice presque absente dans tout l’album. Meilleur que II, car davantage maîtrisé et empreint d’une ambiance forte, III peine à retrouver l’aspect novateur de Moderat qui avait lancé le supergroupe. On espère que pour le prévisible futur IV, Modeselektor et Apparat auront su retrouver leur envie d’ailleurs et la sortie de cette stagnation Pop réconfortante, mais en manque d’idées.

Note: ★★★☆☆