Patrice en concert à Toulouse

patrice

Certains se diront toujours que la vie est bien fade, remplie de contraintes et de routine. Qu’en comparaison celle des autres est plus savoureuse, plus attrayante, plus intense. D’autres pensent qu’ils ont raté quelque chose, qu’ils ont manqué de courage, qu’il n’ont pas pris le bon wagon. En réalité, toutes ces personnes ne font que se voiler la face. Comme le décrit élégamment Jim Jarmusch dans son dernier film Paterson, mais aussi comme l’a dit aussi un certain Robert Smith : « La vie n’a pas à être extraordinaire« . Et de fait la vie elle-même est une chose extraordinaire et ce cadeau quotidien qu’est la vie, c’est bien ce dont Patrice fait l’éloge chaque jour.

C’est avec un joli coup de vieux qu’on constate que Patrice a sorti cette année son désormais 7ème album, Life’s Blood. Voilà 17 ans qu’on accompagne cet artiste un peu à part depuis l’inaugural Ancient Spirit en 2000. Mais si nous avons pris un peu de poids et que les cheveux blancs font leur apparition, il faut bien avouer que sur la scène du Bikini à Toulouse, Patrice, lui, n’a pas changé d’un iota, toujours ce jeune homme fringuant au bonnet vissé sur la tête et à la voix toujours aussi impeccable.

Cette fraîcheur, on la retrouve dans le décor de scène, habillée chaleureusement de couleurs orangées et de plantes sans doute artificielles mais qui apportent cette touche sauvage et naturelle qui entoure depuis ses débuts l’Allemand. Cette mise en scène savamment pensée, cachant des panneaux tantôt reflétant, tantôt transparents, montre aussi à quel point Patrice a pris de l’ampleur.

L’expérience et les succès font aujourd’hui que chacun de ses concerts est un spectacle de qualité. Et de ce fait, l’Allemand ne va pas prendre beaucoup de risques durant toute la première partie du concert. Il va enchaîner tranquillement les chansons issues du dernier album, mais surtout distiller les meilleurs titres de son conséquent catalogue. Mais quel plaisir d’entendre des morceaux comme Shine On My Way, Party, Sneakers, How Do You Call It, ou encore Today, qui définissent le style que Patrice s’est lui même donné et qui n’appartient qu’à lui, le sweggae ! Nous aurons aussi l’occasion d’une petite aparté avec la chanteuse qui l’accompagne interprétant le temps d’une petite pause émotion la célèbre Bang Bang My Baby Shot Me Down de Nancy Sinatra.

Le concert aurait pu être assez classique au final, mais c’était sans compter la puissance de frappe de Patrice. Souvent charmeur, il use de tout ses atouts. Dynamique, il bouge de part et d’autres de la scène, la voix impeccable qui renverse n’importe qui, son partage inconditionnel qui invite tout ceux qui le veulent. Il harangue régulièrement les différentes partie de la salle, et communique beaucoup, en anglais, en français, il invite tout le monde. Son désir de fêter la vie, il le met en œuvre à chaque instant et c’est simplement très agréable. Le concert bascule alors dans quelque chose de grandiose à l’orée des quelques notes qui introduisent la magnifique Sunshine sans doute l’étendard le plus puissant de la discographie de Patrice. Et les chansons Seasons et surtout Soulstorm qui clôture la première partie du concert, sans doute la plus attendue des chansons, finiront de combler les attentes fortes du public du Bikini qui répond présent à chaque instant.

La montée en puissance est magistralement maîtrisée et convainque même les plus aguerris de la chose musicale. Et c’était sans compter le rappel qu’on l’on imaginait classique également, mais qui sera d’une toute autre tonalité. Patrice défend l’idée de partage, de profit de chaque instant. Quel meilleur exemple que celui qu’il a donné au public en se présentant au beau milieu de la salle pour débuter son rappel, comme pour se rapprocher encore davantage des personnes et faire de la musique ce qui lie chacun. Accompagné par un musicien, il s’installe devant la sono, et déclare qu’il va débuter une battle avec son groupe resté sur scène. Une pratique qu’il a certes mise en œuvre durant sa tournée, mais qui présente une forte implication et réjouit tout le monde. La surprise, c’est d’entendre Patrice se lancer dans une reprise de Ma Benz de NTM enchainé par Oh La La La des Fugees, qu’il connait bien. Sur scène, les musiciens ne resteront pas de côté. Une reprise de Missy Elliot fera basculer de nouveau le public dans une petit folie jouissive, là où la musique transperce les portes pour ne devenir que la raison unique d’un plaisir partagé.

Patrice prend le temps, s’adresse à tous, n’oublie personne dans la salle afin de satisfaire tout le monde. Nous pensions en avoir fini après ce bain de foule, mais Patrice finira son concert avec une dernière chanson sur scène avec tout le groupe afin de présenter chacun de ses membres une dernière fois.

La salle du Bikini n’aura à aucun moment bouder son plaisir tant il s’est exprimé et à répondu présent. A la sortie, les sourires sont sur tout les visages, sauf sur ceux qui sont déjà tristes de ne plus avoir d’autres chansons. Patrice poursuit ainsi son chemin, atypique et riche en rencontres, en échanges, et ne laisse derrière lui que le plaisir d’avoir pu partager un temps aussi vivant.

Note: ★★★★★